mercredi 12 octobre 2016

ET LES ENCLAVES ESPAGNOLES AU MAROC !



GIBRALTAR
Après le "BREXIT", des pro-européens ont aussitôt proposés de restituer la presqu'île de GIBRALTAR à l'Espagne Européenne (entre autres redistributions des cartes). S'il n'y avait que cette enclave dans cette zone méditerranéenne, nous pourrions en parler sérieusement, mais ce n'est pas le cas. L'Espagne aurait aussi à restituer des territoires, voyez plutôt :

Toutes proches des côtes marocaines !
 
 l'Île de ALBORAN, pour moi, serait trop éloignée pour être revendiquée.


lundi 10 octobre 2016

Pour faire comme ARTE, je reviens sur le REACTEUR A THORIUM




Lisez vraiment tout et si vous ne comprenez pas, je peux vous expliquer
Pendant la campagne électorale de 2012, j'ai envoyé ce document aux principaux candidats dans l'espoir d'avoir une toute petite réponse !
Que nenni, ils s'en foutent royalement !
LES CENTRALES NUCLÉAIRES AU THORIUM
Cette nouvelle campagne électorale ignore complètement le problème de l'énergie nucléaire. ceux qui ont peur se posent des questions et ceux qui n'ont pas peur, foncent.
Les deux points de vue sont cons !
Je reviens donc sur le principe des centrales au Thorium
Les centrales nucléaires actuelles, à l'uranium enrichi, fonctionnent sous haute pression (155 b) mais ce n'est pas le seul principe basé sur la fission exothermique des atomes hyper lourds (à partir de 233 et plus)
Il y a pléthore de modèles possible et si le principe EPR à l'uranium 235 n'est pas le plus idiot, ce n'est pas le plus économique et surtout c'est le plus dangereux.
La lourdeur et le coût de développement d'un réacteur nucléaire et le fait d'avoir concerné les militaires nous a "verrouillé" sur l'EPR à Uranium enrichi qui, lors de sont fonctionnement produit du Plutonium 239. Ce choix a, tout de suite, conquis les décisionnaires pour fabriquer des bombes A (et aussi H). Accessoirement, pour faire plaisir, de produire de l'électricité.
Dès le début, de part sont encombrement très réduit, il a été programmé pour être embarqué sur des sous-marins. Ce qui fait, et grâce aux fonds militaires inépuisables, que ce réacteur fiabiliser fut aussitôt utilisé pour des centrales civiles, moyennant un retour du plutonium à l'armée. Tout çà sans étudier  ou envisager les autres options et notamment
Le Réacteur au thorium à sel liquide.
Beaucoup plus encombrant, ce dernier fonctionne selon le même principe de base (fission nucléaire) mais en pratique très différemment, voyez plutôt :
-1/ Les ressources naturelle en Thorium 232 (non radioactif) sont énormes (beaucoup plus importantes que celles de l'Uranium 238) et la totalité est utilisable contrairement à l'Uranium 235 qui ne représente que 0,7% de l'Uranium 238 extrait des mines et passé par un enrichissement très onéreux (Pierrelatte).
-2/ Le Thorium 232, sous forme de poudre, est injecté dans la cuve de sel liquide. A l'allumage, il est bombardé par un "canon" à neutrons et devient du Thorium 233 (d'autres disent de l'uranium 233) qui devient radioactif pour l'occasion (et seulement là). Il dégage ainsi de l'énergie calorifique qui maintiendra  la cuve de sel liquide à 800°C et donc créer la vapeur pour la turbine et la génératrice.
-3/ Le rendement d'un réacteur au Thorium est bien supérieur à celui d'un réacteur EPR à l'Uranium.
-4/ Il n'y a pas besoin de maintenir la cuve sous pression, contrairement aux cuves EPR qui sont à 155 bars de pression (énorme danger)
-5/ En injectant, petit à petit en fonction des besoins, la poudre de Thorium dans la cuve, il y a donc beaucoup moins de matière fissible que dans les cuves EPR qui sont chargée jusqu'à la gueule de barres d'Uranium 235 (et cette charge n'est pas entièrement utiliser)
-6/ Le réacteur au Thorium ne peut pas s'emballer, il suffit de couper l'alimentation des poudres de thorium, tout simplement.
Nota : Sur les EPR, en cas d'avarie, il faudra toujours (sans aucune faille) refroidir la charge d'Uranium 235, quelque soit la durée, sinon le réacteur s'emballe, fond, et dégage de l'hydrogène qui ne manquera pas d'exploser violemment (Tchernobyl et Fukushima)
-7/ Les déchets produits dans la cuve ne peuvent pas servir à fabriquer une bombe A (et encore moins une H). Il n'y a donc aucun risque de prolifération criminelle.
-8/ Les réacteurs au Thorium produisent 10.000 fois moins de déchets "transuraniens" (radioactifs) que les réacteurs EPR et il n'y aura pas besoin d'usine de traitement des déchets très coûteuses (Enfin ! Pas du genre Flamanville).
-9/ Il n'y a pas de problème de refroidissement de la charge en cuve ou pour visiter la cuve, celle-ci se vide par gravité dans une fosse prévu à cette effet.
Une énergie nucléaire (presque)  propre et sans danger !
Trop beau pour être vrai ?
C'est pourtant une CERTITUDE !
-10/ Restent, honnêtement, quelques obstacles à surmonter :
         *Une énorme cuve de sel liquide.
         *Une température de 800°C
Nota : Ces problèmes sont admirablement maitrisés en sidérurgie depuis très longtemps
         *Mais il y a surtout une FABULEUSE résistance des principaux gouvernements qui veulent d'abord des USINES à produire du Plutonium 239 pou faire leurs satanée bombes.

-11/ les coûts de construction ? Je n'en ai aucune idée ! Je dirais naïvement que si les normes de sécurité pour un tel réacteur, structurellement sûr, sont énormément allégés par rapport aux EPR, cela devrait se ressentir sur le coût.

Doit-on investir dans ce système  ?
Doit-on investir dans les énergies renouvelables ?
Doit-on investir dans ces deux énergies complémentaires ?
Enfin doit-on investir dans la Fusion Nucléaire (rien à voir avec la fission) sans autres perspectives ?

[Avec l'aide de Science & Vie de novembre 2011]

Au moins la question devrait se poser !......Non ?

Vous comprenez pourquoi certains citoyens, ploucs comme nous, ont envie de leurs casser la gueule !


dimanche 9 octobre 2016

MEXICO



        Mexico-Tenochtitlan était la capitale de l'Empire Aztèque. Elle fut bâtie sur une île située sur le lac Texcoco (dont une grande partie a été asséchée par la suite). Elle était coupée par de longues avenues, traversée par des canaux et reliée au continent par des chaussées. En 1521 (à l'époque de François 1er), les conquistadors espagnols, sous les ordres d'Hernán Cortés, détruisirent la quasi totalité de la ville, et plus particulièrement tout ce qui pouvait rappeler les cultes animistes aztèques, puis y fondèrent Mexico, qui devint la capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne.
         D'après Christian Duverger, le nom originel de la ville était bien Mexico, et non Tenochtitlan, qui aurait été imposé par les Mexicas (espagnols) pour effacer le souvenir des origines réelles de la ville (d'après lui peut-être antérieure à l'arrivée des Aztèques) et pouvoir ainsi revendiquer plus légitimement un enracinement ancestral sur ce territoire.
 
         Avant l'arrivée des Espagnols, la ville de Mexico, qui englobait à la fois Tenochtitlan et Tlatelolco (son ancienne rivale), semble avoir été une des villes les plus peuplées de l'époque (entre 200.000 et 250.000 habitants), c'est du moins ainsi que l'ont décrite les conquistadors (dont des missionnaires chrétiens) espagnols dans leurs témoignages.
 
Lagunes et canaux de la Mexico City moderne
 
  Petit reliquat de Mexico Tenochtitlan et de la civilisation Aztèque

En fait, l'Empire Aztèque, contrairement aux autres empires précolombiens, fût une "étoile filante" et il n'a pas eut le temps de briller et de construire comme ses prédécesseurs Olmèques, Teotihuacan, Mayas etc.. Il fut victime d'un autre empire (Espagnol celui là) qui utilisa les mêmes méthodes que les barbares (vandales, ostrogoths, francs et autres wisigoths) de notre premier millénaire, pour effacer les mœurs et œuvres d'art des impies !
Cela ne vous fait-il penser à autre chose ?